dimanche 23 décembre 2012

Deux Etats pour deux peuples, le Hamastan et Israël, NON !!!


Ne soyons pas naïfs, le Hamas va tôt ou tard (et plutôt tôt que tard) balayer Mahmoud Abbas et tous ses acolytes, de ce que l’on a coutume d’appeler la Cisjordanie. Et, ce faisant, s’emparera de tous les leviers de commande, administratifs et militaires mis en place par l’OLP. Le Hamas ne prétend t-il pas avoir gagné la dernière guerre contre Israël ; ce qui dans une certaine mesure est exact, compte tenu de la frilosité manifestée par la bande de trois : Bibi, Yvettte et Ehoud. Fort de cette « victoire, assisté par ses Frères Musulmans égyptiens et soutenu par son principal supporter : Baraq Obama, le Hamas, par une manœuvre électorale (comme il l’a fait à Gaza) et/ou une épreuve de force, va actionner son propre Printemps arabe et activer les Hamasnik sommeillants à Ramallah, Hébron ou ailleurs, pour chasser les militants pro-OLP et s’implanter solidement et durablement le long de la Ligne verte. Et vous voudriez, Messieurs les censeurs, qu’Israël consente à ce qu’un Hamastan   plein de haine et de fureur (Hamas, rappelons le, signifie « colère » en hébreu) s’arroge un Etat à un jet de pierres de la frontière israélienne ? Mais il faudrait être fou à lier pour accepter une telle situation et d’une mauvaise foi criante pour inciter Israël à y consentir.

Second volet : les constructions qualifiées d’illégales projetées par Israël entre Jérusalem et Maalé Adumim, qui sont ne distants d’une dizaine de kilomètres. Pensez-vous, Messieurs les censeurs que ce corridor fera partie un jour de ce que vous appelez la Palestine ? Pense-vous qu’il est envisageable de permettre à un Hamastan quelconque de se rendre maître de ce corridor. Pour moi, et pour d’autres, cette route est le corridor de la mort. En ce qui me concerne, j’y ai perdu une amie chère qui a été mitraillée dans sa voiture, alors qu’elle se dirigeait vers notre maison pour y célébrer avec ma famille et d’autres amis la fête de Pessa’h. Et que dire de sa fille et de ses petits enfants qui sont toujours à Maalé Adoumim ? Ceci est d’autant plus absurde que l’annexion définitive par Israël de ces dix kilomètres de pierrailles - avec ou sans constructions - n’empêcherait en aucune façon une Palestine de s’y implanter, géographiquement parlant. (à ce que D.ieu ne plaise).

Troisième volet : la classe politique israélienne a fait tout un pataquès pour une phrase prononcée par Naftali Benet, qui s’est contenté de dire lors d’une interview : « que l’ordre de déloger un homme de sa terre, qu’il soit un juif ou un arabe, soulève un dilemme moral difficile ». Bien entendu, les commentateurs sur les média internationaux, ont sciemment omis de rapporter que Naftali a parlé aussi bien des Juifs que des Arabes. Quant aux politiciens israéliens de tous bords, effrayés par l’arrivée en force du Baït Hayéhoudi, ils ont crié au refus d’exécuter les ordres ; ce qui ne correspond pas au contenu des propos de Naftali. Bibi et le Likoud, qui commencent à avoir encore plus peur de Benet que d’Obama, ont réagi par des affichettes signées « anonyme », ce qui n’est pas très classe.

Espérons que la prochaine Knésset saura verser aux cauchemars de l’Histoire la perspective de l’Etat Hamastan


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire