lundi 17 décembre 2012

Après Warschawski, Taubira devrait remettre le prix des droits de l'homme de la République française aux Neturey Karta


En France on vomit Depardieu; ce traître à la patrie, dont le seul tort est de refuser de continuer à renflouer exagérément les caisses de l’Etat français, mais on adore récompenser et honorer les véritables traîtres à leur patrie, à condition bien entendu que cette dite patrie soit Israël. 

Rappelons que Michel Warschawski a été condamné et emprisonné en Israël en 1987 pour assistance à l’ennemi, en l’occurrence  au très marxiste léniniste, nationaliste et terroriste  FPLP, dont le but déclaré est la création de la Palestine au lieu et à la place de l’Etat d’Israël.

Quelle jouissance pour Christiane Taubira qui n’a jamais porté Israël dans son cœur mais adore les pauv. Palestiniens zopprimés zé malmenés que d’accorder une distinction, bidon certes, mais combien humanitaire et tricolore à un franco-palestino-israélien qui doit être vomi par 99.99 % de la société israélienne.  Leila Shahid, la grande copine de Warschawski en frémit de bonheur ( en photo)

Je conseille donc à Madame Taubira de songer à accorder l’année prochaine (tout en espérant qu’elle aura dégagé de son poste d’ici là) le prix des droits de l’homme de la République française aux Neturey Karta qui partagent avec Michel Warschawski l’amour immodéré des ennemis d’Israël : Arafat, Ahmadinejad et consorts.

Je n’ose conseiller à Israël - parce que je laisse le mauvais gout et la provocation à la France - d’accorder le prochain prix des Arts et Lettres israélien à un comédien qui a tant fait pour la francophonie, à laquelle Israël ne fait pas partie (le Qatar, si) en la personne de Depardieu. Le moment serait bien choisi, non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire