jeudi 19 juillet 2018

D. n’assouvit pas nos besoins ou nos désirs, Il nous donne la volonté de vouloir, et, "Il est interdit d’être vieux "


Il est de coutume dans nombre de synagogues au moment de la prière du « Ashréi » (psaume 144) de tendre, à un passage donné,  les paumes des mains vers le ciel pour recevoir ce que D. nous donne. En effet il est marqué  פותח את ידיך ומשביע לכל חי רצון, que feu Chouraqui traduit par  "Tu ouvres ta main et tu assouvis tout vivant à souhait". Autrement dit, D. est censé pourvoir à tous nos désirs, envies, besoins ; il suffit d’ouvrir les mains pour les recevoir. Ce passage m’a toujours étonné, dans la mesure où, j’ai beau réciter cette prière, je n’ai jamais reçu la Ferrari de mes rêves. Jusqu’au jour où j’ai entendu une explication de mon rabbin de l’époque qui m’a pleinement satisfait : D. ne me donne pas tout ce dont j’ai envie, il me donne du  רצון . Autrement dit Il me donne de la Volonté, traduction littérale du mot hébreu Ratson. Il me donne la volonté de vouloir, Il me donne de l’énergie. Et à la réflexion, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse recevoir.

Ce passage des Psaumes peut être mis en corrélation avec une citation fameuse de Rabbi Na’man de Breslev : אסור להיות זקן Assour Lihyiot Zakén. Autrement dit : "il est interdit d’être vieux". Qu’est-ce à dire, quand on est vieux, on est vieux. Eh bien non justement. Qu’est-ce qu’un vieux si ce n’est quelqu’un qui a perdu la volonté d’entreprendre, qui se traîne, se plaint, gémit. Et, bien entendu, cela n’à rien avoir avec l’âge. Nous connaissons tous des jeunes vieux et des vieux positifs et toniques.


Moralité de l’histoire : apprenez l’hébreu, vous ne vous ferez plus enfumer par des traductions approximatives.

mardi 3 juillet 2018

Le véritable obstacle à la paix : l’emploi excessif et inapproprié du mot "SHALOM". Changeons de mot, nous obtiendrons peut-être des résultats.


La langue hébraïque est beaucoup plus riche qu’on ne le pense et pourtant on s’entête à employer des termes inappropriés pour véhiculer des concepts qui réclament d’autres mots pour les exprimer plus justement.

Ainsi depuis des lustres on utilise le mot Shalom pour désigner la paix souhaitée entre Juifs et Arabes ou la paix tout court. Ainsi le Mouvement "Shalom  A'hshav", créé pourtant par des Israéliens, est une pure absurdité. Le mot Shalom qui vient de la racine Shalém qui signifie entier, complet, parfait. Peut-on obtenir A'hshav, maintenant, un  résultat aussi ambitieux. Bien sûr que non.

Le terme Shalom que l’on s’entête à traduire par "paix" a des connotations beaucoup plus larges, plus ambitieuses et plus ésotériques que l’état de non-guerre. Des puristes de la langue et non seulement les Harédim se gardent de souhaiter Shalom à tout va et à tout un chacun. Le mot Shalom est un des noms multiples noms que l’on attribue à D.ieu. On s’accorde à dire qu’il n’est pas souhaitable de le transporter dans des lieux malpropres, ni à déchirer un papier sur lequel il serait écrit.

Le Shalom véritable ne serait pas le fruit des efforts humains ; il ne peut être réalisé que par D.ieu. Ainsi עוֹשֶׂה שָׁלוֹם בִּמְרוֹמָיו הוּא יַעֲשֶׂה שָׁלוֹם עָלֵינוּ , Il fait le Shalom dans Ses Hauteurs, Il fera le Shalom sur nous. Le Shalom véritable est réalisé par le Tout Puissant, il ne peut être atteint par les mortels.

Le mot Shalom renvoie, qu’on le veuille ou pas, à la ville qui provoque le plus de discordes dans le monde ; à savoir Jérusalem, Yeroushalaïm dont la racine précisément est Shalom. Étymologiquement, la ville parfaite, complète alors qu’elle est morcelée et divisée dans les faits.

Par contre, il existe en hébreu un autre mot, PIOUS, qui signifie : apaisement d’un conflit,  réconciliation entre adversaires ou même entre amis, provisoirement fâchés. Son antonyme en hébreu est סכסוך Sikhsoukh, désaccord, discorde, rivalité, antagonisme. L'emploi de ce mot pour désigner la nature du conflit entre Juifs et Arabes est beaucoup plus juste. Le désaccord entre Juifs et Arabes ne s’apparente que rarement à une véritable guerre ; il est beaucoup plus subtil et multiforme. Il y a des motifs des désaccords mais aussi des ambitions de réconciliation.

Autre avantage et non des moindres pour remplacer SHALOM par PIOUS, est que ce dernier mot ressemble étrangement au mot PEACE, qui nous a  été emprunté par les Nations, sans nous en demander d’ailleurs  l’autorisation.


Donc, ma suggestion est, puisque nous sommes incapables d’aboutir à la paix, de remplacer purement et simplement le mot SHALOM par PIOUS.  Il est connu qu’en changeant un mot, ou le nom d’un individu,  on peut forcer le destin.

jeudi 24 mai 2018

Macron, un Président "mâle blanc" qui n'assume pas ses responsabilités

Macron, mâle blanc quadragénaire , sans enfants, n'est pas qualifié pour s'occuper des banlieues, ni des retraités, ni de l'éducation nationale, ni de l'armée qu'il n'a pas faite, ni des femmes. On peut donc affirmer qu'à part les quadragénaires mâles blancs et bobos friqués, il n'y a pas grand monde dont il peut s'occuper. Il me semble pourtant qu'il a été élu président de la République française censé se préoccuper d'un tas de monde. A moins qu'il n'ait démissionné de ses fonctions, sans nous en informer.

lundi 21 mai 2018

L'Occident applique ses propres schémas à l'Islam. C'est pour cela qu'il n'arrive pas à le comprendre et qu'il finira par se faire posséder

En Juin 2016 j'ai écrit un texte, qui n'a pas pris une ride, sur l'incapacité de l'Occident à comprendre l'Islam, . Je vous le reproduis ci dessous. Ce texte rejoint un article fameux - que je ne connaissais pas à l'époque - d'un éminent philosophe historien américain disparu récemment. Il s'agit du Professeur Bernard Lewis, spécialiste du Moyen-Orient qui a enseigné à l’Université de Princeton, a rédigé une trentaine d'ouvrages et a conseillé maintes présidents américains dont Bush père. Cet article a été rédigé en janvier 1976. Il aurait pu être écrit hier. Bernard Lewis a vécu 102 ans. D'origine britannique, il possédait aussi la nationalité américaine et israélienne  Si vous avez la curiosité et la patience de le lire son article reportez vous au site de mida.org.il , sinon faites moi confiance. 

Des Sarrasins de la Chanson de Roland à Daesh, l’Occident colle ses propres paradigmes à l’Islam, et ça ne peut pas marcher

Dans la fameuse chanson de Roland il est question des "Sarrasins" que combat Roland  à Roncevaux et de la victoire de Charlemagne sur ces impies, vengeant ainsi son neveu. Ce poème fameux présente les Sarrasins comme croyant à une sainte trilogie de leur cru composée par Mohamed, bien sûr,  entouré à sa droite et à sa gauche par deux divinités malfaisantes nommées  "Apollon" (ou "Apollyn") et "Tervagant". Cela démontre l’incapacité structurelle des chrétiens du Moyen-Age d’imaginer une religion qui ne repose pas sur la Sainte Trinité, et une méconnaissance fondamentale de l’Islam qui n’est déjà plus à ses balbutiements au XI e siècle.

Le terme "Sarrasin" pourrait venir du grec "Sarakênos", qui serait le nom d’une tribu arabe de l’Est. Mais on trouve aussi cette désignation chez les auteurs latins où il désignerait une tribu du Sinaï ou de la Péninsule arabique. Certains auteurs prétendent  qu’ils descendraient de Sarah (Sarah-Zin), la femme d’Abraham mais cette hypothèse prend vite l’eau parce qu’Ismaël n’est pas vraiment le fils de Sarah mais d’Agar, la servante. Peu importe, on les appellera "Agaréniens" (ou "Agariens") du nom de la seconde épouse répudiée d’Abraham, ou "Ismaéliens" ("Ismaélites"), ou bien encore "Cédar" du nom d’un des fils d’Ismaël.  On les appellera également "Berbères"  ou "Maures", ou tout simplement "Mahométans" du nom du personnage central de la trilogie citée plus haut. Allez donc appeler un Musulman d’aujourd’hui  "Mahométan", vous vous feriez bien recevoir.  Il faut attendre le XVII siècle pour enfin trouver en anglais les termes "Islam" ou "Moslem".

L’incapacité et/ou le manque de volonté et d’imagination de l’Occident de désigner les Musulmans d’après une religion qui leur serait unique et spécifique,  c’est-à-dire d’une religion qui ne repose pas sur une Sainte Trinité, caractérise le Moyen-Age et, ce qui est bien plus grave, continue à le caractériser de nos jours.

L’Occident qui, depuis longtemps, a mis la religion au placard, tout en n’arrivant pas à se dégager de son enseignement et de sa trace dans les esprits, n’arrive pas concevoir que d’autres individus puissent se définir  en termes exclusivement religieux.

L’Occident, nourri de la maxime "Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu" (Matthieu, XXII, 21) ne comprend pas que le Musulman ne fait aucun distinguo entre le transcendant et l’immanent et que tout ce qui appartient à César, voir à la puissance publique, à l'Etat, appartient avant tout à Allah. De ce fait,  le distinguo entre la laïcité et le fait religieux n’a aucun sens pour le Musulman, pour qui le concept même de la laïcité est totalement étranger.

L’Occident qui  continue à percevoir Mohamed comme un genre de Jésus du désert arabique continue à se poser des questions qui n’ont pas de sens : Mahomet était-il un saint, un prophète ou un homme politique, était-il un guerrier ou un législateur, était-il sincère dans sa foi, était-il un extrémiste religieux ou un chef de bande sanguinaire, sans comprendre qu’il était tout cela à la fois.

L’Occident qui continue à penser en termes de Musulmans "modérés" ou "éclairés" , et même "laïques", d’un côté et d’extrémistes, voire de terroristes, de l’autre, ne fait que reproduire les schémas dans lesquels il fonctionne : Gauche - Droite, Progressistes - Conservateurs, qui n’ont aucun sens dans le royaume d’Allah. Ce serait, comme si un journaliste spécialisé en foot commentait un match de football américain.  

A l’inverse de la religion chrétienne qui ne régit qu’une partie de la vie du croyant, l’Islam englobe toute l’existence du fidèle, sous tous ses aspects, qu’ils soient spirituels ou matériels, individuels ou collectifs.  Le concept de "démocratie" qui  suppose l’égalité entre tous les membres de la communauté est totalement vide de sens car il ne saurait exister de démocratie alors que la femme est inférieure à l’homme et que le non musulman est inférieur au musulman par naissance ou par choix.

Les belles âmes,  les beaux esprits, les mains tendues à l'Autre qui souffre (à voir au cas par cas),  le peuple de Goooooche, devraient intégrer ces quelques paroles de bon sens. Et, s'ils n'y parviennent pas, qu'ils viennent faire un petit tour en Israël où ces choses ont été comprises et mises en pratique. Faute de quoi ils seront un jour prochain débordés puis phagocytés parce que les Musulmans savent parfaitement tirer partie du brouillard qui encombre la tête de l'Occidental lambda.




mercredi 9 mai 2018

Mieux comprendre l’importance du retrait par Trump de l’accord ignominieux signé par Obama et consorts avec l’Iran en 2015, deux articles rédigés en Juillet 2015.



Obama choisit la période tragique des trois semaines qui séparent le 17 Tamouz du 9Av pour rendre à l’Iran -Babel - Parass sa puissance d’antan.


La période qui se situe entre le 17 Tamouz et le 9 Av תשעה באב s’appelle Bein Hamétsarim בין המצרים. Le 17 Tamouz une brèche fut percée dans les enceintes des deux Temples de Jérusalem et trois semaines après, ils furent complètement rasés. Nos sages nous disent qu’une couche de sel fut répandue sur l’emplacement du Temple afin que plus rien ne puisse y pousser.

Or que signifie « Bein Hamétsarim », sachant que le mot Meitsar renvoie soit sur le mot Tsar, "étroit", soit sur Tsaar "peine catastrophe". Il implique que les ennemis d’Israël ont beaucoup plus de chances de l’affaiblir entre ces deux dates qui renvoient aux plus grandes drames de son histoire, où, lorsque les Hébreux se trouvent à l’intérieur d’un passage étroit qui ne fournit guère de marge de manœuvres.  En effet un Meitsar est aussi un détroit maritime enserré entre deux côtes qui le bordent, un canal, qui constitue un passage naturel entre la haute mer. Voir détroit de Gibraltar, détroit d'Ormuz..

Il n’y a donc pas lieu  de s’étonner que le traité ignominieux signé entre l’Occident/Edom mené par Hussein Obama et la Perse/Parass/ Iran/Babel fut signé un 14 Juillet, jour de la guillotine qui laisse peu de place entre la tête et le billot, tombe pile au milieu de la période de Bein Hamétsarim, période tragique s’il en fut pour Le peuple Juif.

Par ailleurs le mot אב soit Alef et Beth revoie aussi aux initiales d’Edom  et de Babel ; N’est-ce pas Nabuchodonosor et Titus qui ont détruits les deux Temples. De nos jours, alors qu’Israël est fort et solidement implanté sur sa terre, Edom l’Occident n’a plus ni la force ni l’énergie  de soumettre seul Israël, alors il a besoin de s’associer avec Parass et ses Ayatollahs pour tenter d’en venir à bout.

Alors le chef de l’Occident gratifie l’Iran de ce qu’il lui manquait jusque-là : le nerf de la guerre, soit l’argent, l’arme nucléaire et l’élévation au rang de grande puissance régionale en mesure de pousser ses pions/vassaux.

Edom et Babel/Parass sont enfin associés dans l’œuvre d’annihilation de l’Etat Juif. Mais ne vous tourmentez pas, Le 9 Av est suivi d'autres dates qui sont favorables à Sion. Les Réchaïm y perdront leur culotte.

19 juillet 2015



Plus de trous que de fromage dans l’accord Gruyère iranien auquel l’ONU rajoute une couche. 


Tous les jours on découvre dans l’accord signé entre "les Puissances" et l’Iran des trous béants qui montrent à quel point l’Iran  a entortillé l’Occident. Ces trous figurent évidemment dans les additifs techniques rédigés en annexe à l’accord. L’accord intégral n’a évidemment pas été communiqué à Israël; il n’y a que élus américains qui en ont eu connaissance, à charge pour eux de les garder secrets.

Vous pensez bien qu’Israël, par des voies détournées, s’est procuré l’accord dans son intégralité et que les trous dans le gruyère commencent à apparaître au grand jour. Les sénateurs américains qui ont décidé de ne pas respecter  la pseudo clause de confidentialité - et pourquoi le feraient-ils puisqu’il s’agit de partie intégrante de l’accord - ont crucifié John Kerry à la Commission des Affaires étrangères du Sénat, l’accusant de s’être laissé berner par les Iraniens, en toute connaissance de cause.

Je vous ai rapporté dans mon précèdent article une première saloperie figurant dans la partie technique. Les signataires de l’accord assisteront l’Iran dans les cas de sabotage informatique sur le programme nucléaire. Autrement dit en cas de cyber-attaque israélienne contre les installations nucléaires et balistiques iraniennes, les Etats-Unis et leurs alliés mettront leurs meilleurs cerveaux  au service du régime des Ayatollahs, pour déjouer ces attaques.

J’ai découvert ce matin un second trou de Gruyère dans ces accords. Les Iraniens  prélèveront eux-mêmes les échantillons en provenance de la base militaire ultra secrète de Parchin
פרצ'ין, qu’ils remettront à qui de droit. Cela ressemble singulièrement à un criminel qui prélèvera lui-même ses empreintes digitales pour les remettre à la police. Donc, non seulement l’Iran disposera de 24 jours - autrement dit un siècle - pour nettoyer le terrain mais aura le loisir de choisir/prélever les empreintes/échantillons qui seront remis aux contrôleurs occidentaux. A signaler que John Kerry n’a pas nié ce point de l’accord se contentant de répondre au Sénateur qui l’a soulevé, qu’il s’agit d’un secret "issue" qui ne peut être discuté publiquement. Qui ne dit mot, consent.

Autre saloperie qui provient,  elle,  du vote de l’ONU sur cet accord, permet à l’Iran de procéder à des essais balistiques, pour mieux s’entraîner à balancer leurs fusées équipées d’ogives nucléaires, sur Israël.
Autrement dit, d’un côté, les Etats-Unis d’Obama et tous les poissons suiveurs,  autorisent les Iraniens à enfreindre tous les accords sur la limitation de l’arme nucléaire, et de l’autre côté l’ONU permet aux Iraniens d’affûter la partie balistique, non négociée dans l’accord. Un partage des taches, en quelque sorte.

Enfin, le 9 Av approche à grands pas. Hashem, fidèle à Ses habitudes, ne nous a pas fait de cadeaux en cette période de Béin Hametsarim (entre les "détroits" ou entre les "catastrophes" qui séparent le 17 Tamuz du 9 Av), mais, mêmes les mauvaises choses ont une fin et, à partir du 10 Av, on peut raisonnablement espérer que les Rechaïm, traduction personnelle : les Ignobles, commenceront à recevoir leur punition, qu'Israël trouvera la solution au problème; après tout on en a vu d'autres.

 24 juillet 2015

jeudi 3 mai 2018

Le GIRO part de Jérusalem. Pour les 70 ans d’Israël, Edom, Ismaël et les 70 Nations du monde reconnaissent la centralité de Jérusalem


Plus fort que Trump et lui volant la vedette, le Giro consacre Jérusalem comme la Capitale, une et indivisible, de l’Etat d’Israël. Les organisateurs du Giro ont bien essayé de faire les malins l’année dernière en écrivant  que le Giro partirait de Jérusalem-Ouest. Israël s’est fâché tout rouge : "Il n’existe pas de Jérusalem Est ou Ouest, il n’y a que Jérusalem, tout court", et les Italiens, lire Esaü, se sont couchés.

Pour la première fois donc, Esaü-Edom, lire l’Occident, Ismaël, puisque le Bahreïn  et les Emirats Arabes Unis financent des équipes cyclistes et plus généralement toutes les Nations du monde puisque la composition des équipes est internationale, reconnaissent que les Tour d’Italie ne peut partir que de Jérusalem, nombril du monde.

Quelques preuves à l’appui :

1/ Israël fête ses 70 ans sur sa terre et, à Souccot prochain, nous sacrifierons 70 taureaux ; enfin, nous citons le Texte des sacrifices dans la Tefila, la prière. Un taureau par Nation ou plutôt, communauté ethnique. En effet, même si L’ONU compte 193 états membres et qu’il existe plus de 200 Etats sur la planète terre, nous savons que le nombre des Goyim, des peuples, est bien 70

2/ Des dizaines de milliers de partisans d’Israël, en provenance du monde entier, participent à la marche annuelle dans les rues de Jérusalem pour la fête des Tabernacles ; lire bien entendu Souccot, en criant « AM Israël H’aï. Le message cité précédemment a bien été entendu, haut et clair, par les Nations.

 3/ Lorsque nous écrivons la lettre Aïn, nous formons une boucle, comme le Giro qui signifie Tour ou boucle. Si vous voulez en savoir d’avantage  reportez-cous à mon cours sur les lettres hébraïque ; tout ce qu’il y a de plus casher puisqu’il se fonde sur l’Ouvrage de Rav Zamir Cohen : https://www.youtube.com/channel/UC73lFF1BiqG_kivDQ8Rb5VA

4/ Dans la prophétie, ou plutôt "la vision " d’Ovadia (1 Rois 18 : 3 à 16) il est écrit, entre autres וְעָלוּ מוֹשִׁעִים בְּהַר צִיּוֹן לִשְׁפֹּט אֶת הַר עֵשָׂו וְהָיְתָה לַיהוָה הַמְּלוּכָה que l’on peut traduire ainsi : "Et des Libérateurs monteront sur la montagne de Sion pour se faire les justiciers du mont d’Esaü, et en ce jour la Royauté appartiendra à Hashém". Et aussi : וְהָיָה בֵית יַעֲקֹב אֵשׁ וּבֵית יוֹסֵף לֶהָבָה, וּבֵית עֵשָׂו לְקַשׁ, « et la maison de Jacob sera du feu et la maison de Joseph une grande flamme et la maison d’Esaü de la paille" qui est, il est bien connu, une matière très inflammable. Ce passage se passe de commentaires.


5/ il est amusant de constater que dans la même Vision d’Ovadia est cité un mot très rare dans la Bible qui est :   צָרְפַת, lire Tsarfat ou France. Est-ce une prémonition que bientôt Le Tour de France partira aussi de Jérusalem ? En vérité, j’en doute.

Plus terre à terre mais pas moins intéressant : Le champion cycliste  italien Gino Bartali qui a gagné maintes fois le Giro et le Tour de France, a reçu, à titre posthume, la distinction de Juste parmi les Nations, la plus haute distinction décernée par Israël à ceux qui ont sauvé, au péril de leur vie, des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Gino Bartali, fervent catholique, a également été fait citoyen d’honneur de la ville de Jérusalem. Que sa mémoire soit une bénédiction…. et un exemple aux Nations.

mardi 1 mai 2018

La présentation de Netanyahou, à l’attention exclusive des Etats arabes sunnites


Décidément Israël est rentré de plein pied dans le Moyen-Orient. Fini le temps où les Etats arabes considéraient que l’Etat hébreu n’était qu’un tache bleue incongrue dans un océan musulman vert, ou jaune, comme le désert qu’ils n’ont jamais essayé de faire refleurir,  parce que ça fatigue de se baisser, fini le temps des coalitions pan-arabes pour éradiquer Israël. La grande majorité des Etats arabes de la région adulent Israël. J’ai bien dit "adulent " et non pas "aiment". Ils ne nous aiment pas mais, purée, combien ils ont besoin de nous. Pour leur montrer la voie du progrès, pour les aider à se sortir de leur incapacité à entrer dans le XXI è siècle, pour leur montrer que quand on veut on peut. Et surtout, surtout parce qu’ils ont peur du méchant ogre que seul Israël est capable d’affronter. Vous avez bien compris, l’Iran chiite. L’Iran qui bombarde soir et matin, à partir du Yémen, Riyad et ses environs, l’Iran qui veut s’approprier les lieux saints de la Mecque et de Médine, l’Iran qui convoite les gisements pétroliers du Golfe, l’Iran qui se dote de l’arme nucléaire qu’ils ne possèdent pas. Ils n’ont pas la bombinette mais présument/savent qu’Israël possède l’arme nucléaire. Alors, comme il est écrit dans les Psaumes, ils viennent se réfugier sous les ailes protectrices et bienveillantes du Roi David. Nous, j’entends les Juifs, nous nous réfugions sous les ailes de Hashém. Ismaël, conscient qu’Allah le lâche un peu, préfère faire alliance avec Jacob ; son D-ieu est manifestement plus efficace. Si vous ne me croyez pas, allez donc faire un tour au Hilton de Tel-Aviv, bourré d’officiers et autres businessman arabes.

"Que les Palestiniens négocient avec Israël ou qu'ils ferment leur gueule" a déclaré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. A-t-on déjà entendu ce langage de la part d’un très haut dignitaire  arabe ?

Bref, Israël est entré de plein pied dans la constellation des Etats du Moyen-Orient, en tant que patron officieux et protecteur. Ça, c’est un scoop ! Quant à la brillante démonstration de Benyamin Netanyahou que j’ai vue et entendue avec grande attention, je prétends :

Primo: Trump n’a pas à être convaincu parce qu’il a concocté la présentation avec Bibi

Secundo : les Européens sont de toutes façons en désaccord avec Bibi. Pourquoi ? Parce que c’est Bibi et que tout ce qu'il pourrait avancer, même les évidences les plus évidentes, (pléonasme voulu) sont sujettes à cations.

Tertio : elle n’a rien appris aux Israéliens qui savent depuis belle lurette que les Iraniens sont de fieffés menteurs et qu’un mensonge de plus ou de moins est sans intérêt. Par contre, les Israéliens ne comprennent pas qu’on fasse étalage sur la place publique de secrets d’état durement récoltés par le Mossad. Secrets, qui pourraient mettre en danger les sources. 

Les Israéliens ont été à la fois déçus et effrayés par l’annonce soudaine d’une déclaration soi-disant "dramatique" de Bibi, le soir même. Une déclaration de guerre, tous aux abris ??? Non, il s’agissait d’un Intelligence scoop, dont on se bat les bretelles. Ce qui importe ici, en Israël, c’est : y aura-t-il une guerre avec l’Iran, demain, dimanche prochain après les élections libanaises où le Hezbollah espère récolter un maximum de sièges, le 12 Avril, date à laquelle Trump se prononcera sur l’Accord ? Cette guerre portera-t-elle sur le sol israélien, ou à l’Etranger ? Si oui, avec quels moyens, Israël est-il fin prêt à cette guerre, sachant que les militaires ne sont pas très chauds pour une confrontation directe. J’aurais d’ailleurs tendance à suivre plutôt l’avis de l’Etat-major israélien que celui des politiques. Voilà les questions que je me pose, et je ne suis pas le seul.

Quant à la prestation technique, verbale et théâtrale de Netanyahou, O.K, j’en ai vu d’autres, y compris dans le monde professionnel dans lequel j’ai évolué, et je n’ai pas été bluffé.

Donc, le mérite du Show est, comme je l’ai dit d’entrée, de rappeler aux Arabes sunnites qui détestent l’Iran,  qu’Israël est bien le  Sheriff de la région. Sur ce point Bibi et le Mossad ont fait le travail. Il s’adresse également aux opposants du Régime de Téhéran, qu’ils soient en Iran ou aux Etats-Unis où l’opposition aux Mollahs est puissante. Le show ne manque pas, ni d’un clin d’œil appuyé aux électeurs israéliens  « qui comme moi est capable d’une telle performance », ni d’un timing approprié, compte tenu des difficultés judicaires à venir de Netanyahou.


En bref, je m’en serais passé !! 

D. n’assouvit pas nos besoins ou nos désirs, Il nous donne la volonté de vouloir, et, "Il est interdit d’être vieux "

Il est de coutume dans nombre de synagogues au moment de la prière du « Ashréi » (psaume 144) de tendre, à un passage donné,  les paumes ...