lundi 31 décembre 2012

Une statue d’Hitler dans le ghetto de Varsovie, où les Juifs furent « cantonnés », selon le Figaro


Saviez-vous que Varsovie (la municipalité, un musée; je m'en fiche) a permis que l’on installe en plein ghetto de Varsovie une statue de Hitler, très angélique, agenouillé et, manifestement en train de prier ?

Saviez-vous que le grand rabbin de Pologne Michael  Schudrich, selon le le Guardian, aurait été consulté sur l’emplacement de l’œuvre ne s’y serait pas opposé ? 

Qu’il puisse y avoir des artistes provocateurs (un italien en l’occurrence),  des Polonais charnellement antisémites et même de rabbins imbéciles n’est pas vraiment un scoop ; on en a vu d’autres. Non, ce qui me choque surtout, c’est pourquoi l’illustre coiffeur Figaro, et par là même, quotidien, nous dit  que dans le ghetto de Varsovie « des milliers de Juifs y furent cantonnés ».

Un cantonnement est par définition provisoire, des soldats sont cantonnés dans une caserne, les conditions d’un cantonnement ne sont pas inhumaines comme ce fut le cas du ghetto de Varsovie où se sont entassés jusqu’à 400.000 Juifs, à 7 par pièce, un cantonnement n’est pas en principe un prélude à l'élimination systématique des cantonnés. Dans un canton ou un cantonnement, il n’y a pas  de soulèvement des cantonnés qui savent qu’en se révoltant contre les Nazis, ils seront exterminés jusqu’au dernier.

Alors, nom d’une pipe en bois, pourquoi le journaliste du Figaro a usé du terme « cantonnés » ? Parce que qu’il n’est pas trop informé sur ce qu’a été le ghetto de Varsovie ?  Parce que, parmi tous les synonymes à sa disposition, il a choisi celui qui lui paraissait  le plus approprié.  Ou, parce que cela réduit et banalise l’horreur nazie, comme l’est l’introduction d’un Hitler angélique dans le ghetto de Varsovie 

Le Figaro continue et nous informe que cette statue a fait l’objet de vives critiques de la part de certaines organisations juives. Pourquoi pas de toutes, d’autres organisations juives seraient- elles favorables au retour d' Hitler dans le ghetto de Varsovie ? Et pourquoi n’y aurait-il que des Juifs qui condamneraient cette ignominie, les non-juifs ne verraient pas d’inconvénient à cette exposition ?

Je vous passe les justifications oiseuses de cet Hitler en cire; du genre : faire réfléchir sur la nature du mal, « une  valeur éducative» selon le rabbin Schuldrich…  On croie rêver !

Enfin, dernière question : à quoi  et qui peut prier Hitler ? Je gage  qu’il prie pour que quelqu’un finisse à sa place le travail qu’il a si largement entamé. Yima'h chemo vezi'hro

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire