mardi 10 janvier 2012

Au secours, les ignobles et les médiocres sont parmi nous, et s’incrustent



Pourquoi j’aime à réfléchir sur Confucius et les similitudes étonnantes entre la  sagesse primitive chinoise et le Judaïsme ? Pour être totalement honnête vis-à-vis de vous, une des raisons que j’entrevois est ma lassitude à disserter sur les sujets  de l’heure.

Procédons par ordre
La lâcheté,  et toutes le bonnes raisons que se donne l’Occident pour ne surtout pas déranger le sinistre Assad à tailler en pièces son peuple, me révulse. La mascarade de la Ligue arabe qui envoie en Syrie une délégation de bras cassés, avec, à leur tête, un général enturbanné, mêlé jusqu’ au cou dans les massacres du Darfour, me fait rigoler. Surtout, quand cette même Ligue arabe rejette la responsabilité des tueries sur les deux parties ; ce qui signifie en clair qu’Assad est blanc comme neige puisqu’il ne fait que se défendre.
La Russie belliqueuse et traitresse, profitant de la mollesse de l’Occident, qui  envoie son porte-avions camper dans le port syrien deTartous, (dont je vous ai parlé dans dans un précédent article) qu’elle a construit, pour mieux  asseoir sa domination en Méditerranée, ce dont elle rêve depuis des siècles, me gène considérablement ; surtout  quand je vois le boulevard que leur a tracé l’Occident, Obama en tête. Où est la belle Union pour la Méditerranée imaginée par Sarkozy ? On n’en parle plus guère ou alors cette Union s’est transformée en un Triumvirat Russo-Turco-Syrien qui verrouille les champs de gaz dénichés par les Israéliens et forme de fait un blocus, isolant encore plus Israël.
Le chantage fort payant des Iraniens à bloquer le détroit d’Ormuz qui terrifie les Américains parce  qu’ils  ne pourront plus remplir le réservoir de leur 4×4 avec de l’essence à trois sous le gallon m’horripile.  La doctrine du savoir vivre avec un Iran nucléaire, auquel se rallie l’Occident frileux et lâche,  est le pire des scénarios possible et nous promet des lendemains  qui déchantent, comme au retour de Chamberlain d’Allemagne. Voir pire encore, car en Septembre 1938 l’Allemagne ne disposait pas de l’arme nucléaire. La Tchécoslovaquie, la Nuit de Cristal et, ce qui s’en suit en Europe, risque de trouver aujourd’hui un prolongement au Qatar, Koweït et en Irak, déserté au pire moment par les Américains.
La mascarade du Caucus de l’Iowa nous a fait clairement comprendre que les Républicains n’avaient que des bras cassés et des politiciens de seconde zone à présenter face à Obama aux élections présidentielles, et que, par conséquent Obama passera comme dans un fauteuil. Fort d’un second et dernier mandat, Hussein Baraq  nous fera tous danser au son de l’appel du muezzzin à la prière, qui pour lui est le chant le plus beau.
La propagande anti- israélienne bat son plein en France. Deux exemples :
Libération titre : «Israël: six suspects arrêtés pour le meurtre d’un orthodoxe chrétien ». Déjà, à la lecture du titre, le lecteur peu averti déduit que l’assassin ne peut être qu’un Israélien juif. Et quand on clique sur le titre pour voir apparaitre l’article, que découvre t-on ? On pourrait s’attendre à une photo de Jaffa-Yafo où a eu lieu le meurtre. Que nenni, on y découvre le Mur des  Lamentations devant lequel prient quelques juifs orthodoxes. Plus la peine de lire l’article ; la messe est dite !
Quand au journal Le Monde, il donne dans la géopolitique des métastases.  Il suffit d’affirmer que les colons israéliens sont mus par un « messianisme fanatique » et les Harédim par un « fanatisme religieux » ; et que ces deux composantes de la société israélienne sont en faits des métastases qui, petit à petit conduisent l’ensemble de la société israélienne à un cancer généralisé.
Je connaissais la géopolitique, j’ai imaginé la géopolitique biblique, eh bien, Le Monde a fait mieux : il a inventé le concept de géopolitique biblique cancérigène. N’oublions pas que le terme « métastase » signifie littéralement en grec « je change de place ». Il s’agit donc d’un organisme pathogène ou d’une cellule tumorale à distance du site initialement atteint. Ainsi, le cancer du colon ; pardons des Colons juifs, métastase la Foi ; pardon, le foie  et, le cancer de la prostate métastase généralement dans les os qui servent de fondement de la religion juive.
Nous sommes parfaitement au fait du  caractère ultra marginal des ultra orthodoxes Neturei Karta et Toldot Aharon qui s’agitent en Israël, pour ne craindre aucune métastase qui éclabousse l’ensemble du monde religieux. Quant au Messianisme fanatique des colons et des Zélotes, comme le dit si obligeamment le Monde, qui connait son Histoire sur le bout des doigts, laissons faire la police israélienne et non les cancérologues, pour que les métastases ne se propagent pas. Pour ce qui est de l’attente du Messie – et non du messianisme –  qui n’est pas réservée aux zélotes, ce n’est certainement pas le Monde qui va nous dicter à qui il faut croire ou ne pas croire.
J’aurais néanmoins apprécié que les grands rabbins ashkénazes condamnent ces dérives qui sont aux antipodes du judaïsme. A ce jour seul Ovadia Yosef s’est élevé contre ces abominations.
Ce qui m’inquiète d’avantage c’est une autre forme de double messianisme qui se propage actuellement en Israël. L’un personnifié par le présentateur de télévision Yaïr Lapid, fils de son père, Tomi, crédité déjà de 15 à 20 mandats. Le présentateur beau gosse, ancien boxeur  d’Oulpan Shishi (plateau télévision du vendredi) sur Arouts 2 (Deuxième chaine)  va bouleverser, parait-il la vie politique israélienne. On ne sait trop dans quelle direction. Bibi Netanyahou et moi-même lui souhaitons bon courage ; d’autres et des plus costauds s’y sont déjà frottés.


L’autre messie en herbe est le père de Guilad, Noah Shalit, qui rejoint les rangs de la Gauche travailliste. J’apprécie modérément, car d’une part ce n’est pas très élégant de surfer sur la notoriété de l’Affaire Shalit, et d’autre part, c’est un pied de nez à Netanyahou et au Likoud qui ont été les seuls à se remuer pour Guilad.
Quant à la politique française, pour reprendre les comparaisons médicales du Monde, ça métastase à tour de bras. Mais, je fais confiance à Jeanne d’Arc et au sursaut des Français, pour couper les membres pourris. Libre à chacun de les nommer. Ce n’est pas ma préoccupation première.
Je terminerai par là où j’ai commencé ; à savoir par Confucius, que l’on tente de discréditer. N’en déplaise au Figaro, Confucius n’a jamais écrit de Bible, avec ou sans guillemets, donc la « Bible » de Confucius ne peut pas être un faux puisqu’elle n’a jamais existé. Ce qui importe ce sont les Analectes, dont continuerai à vous parler, B.H lors d’un prochain article.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire