vendredi 17 octobre 2014

Deux techniques pour détruire Israël : l’avaler tout cru ou l’assimiler parmi les nations

Si vous suivez régulièrement ma prose, vous avez sans doute remarqué qu’un personnage biblique m’interpelle tout particulièrement. Il s’agit de celui que l’on a communément l’habitude de nommer "Balaam".
Selon nos Sages il s’agit d’un méchant bonhomme qui, quoiqu’il advienne, n’aura pas droit au monde futur puisque, disent-ils, il voulait maudire Israël
Je ne conteste pas le diagnostic des Rabbins sur le bonhomme bien que j’aurai tendance à le relativiser dans la mesure où les plus belles bénédictions auxquelles aura droit le peuple juif viennent précisément de Balaam.
Une des premières questions que l’on est en droit de se poser sur le personnage est le choix orthographique de son nom en loazit ; à savoir dans d’autres langues que l’hébreu. Pourquoi diantre l’appeler Balaam, en doublant "a"  de la fin, ce qui est d’ailleurs assez inhabituel dans l’orthographe d’un nom ou d’un prénom. En hébreu, le texte biblique ne laisse place à aucune ambiguïté, il s’écrit, בִּלְעָם soit Bilam ou Bil’am ; un "i" suivant le "a", alors pourquoi cette orthographe fantaisiste
Vous pourriez me rétorquer que ces arguties orthographiques n’ont aucun intérêt. Que nenni, comme a coutume de s’exprimer un conférencier que j’apprécie moyennement. Il pourrait s’agir à mon sens d’un véritable choix idéologique de la part des nations dans leur vision de la destruction d’Israël.
Les Sages du Talmud nous fournissent deux explications sur la signification du nom Bil’am et par la même de ses intentions - nous savons bien que le nom d’un individu reflète le programme qu’il doit réaliser durant son séjour sur terre - la première nous dit בלעם - בלא עם soit sans peuple ; la seconde  שבלה עם , celui qui avale le peuple.
Connaissant les intentions malveillantes de Bil ‘am vis-à-vis du peuple d’Israël, il faut à partir de son nom afin de reconstruire les deux stratégies qu’il met au point. Bil’am se définit comme apatride, sans appartenance à un peuple, universel, cosmopolite. Très en avance sur son temps, il se veut au-delà, au-dessus des Nations. L’appartenance à un peuple,  à une religion  ou à une Nation est pour lui obsolète. Il faut appartenir à la communauté humaine. Et bien entendu, c’est le sort qu’il veut affliger à la communauté d’Israël.
Par quels moyens ? Il n’y en a qu’un seul d’efficace : le mariage mixte. A cette fin il organise une immense copulation collective entre 20.000 Hébreux et autant, si ce n’est plus, de filles moabites. De ces unions vont naître quantité de garçons et des filles qui n’auront plus d’identité culturelle, religieuse et nationale. Se détachant des Commandements reçus 40 ans plus tôt sur le Mont Sinaï, les Hébreux fornicateurs  de Moabites et, leur progéniture née de ces unions mixtes, n’ont plus aucune raison ni d’appliquer la Loi de Moïse, ni de de conquérir la Terre sainte sous la conduite de Josué.
Avant d’appliquer la stratégie d’assimilation des Juifs parmi les Nations, Bil’am va tenter une autre approche : celle qui consiste à avaler la Nation d’Israël. L’annihiler en l’avalant comme la baleine de Jonas. On l’avale, puis on le digère, et enfin on le recrache ou le rejette par toute autre façon, en l’ayant transformé en vomi ou déchet.  Avaler le peuple d’Israël, le gommer de la carte du temps et de l’espace, comme se complaisent à le répéter les Perses transformés en Iraniens, ou tout simplement redessiner la carte d’Israël en rendant le pays indéfendable.
Pas plus loin que le 29 Septembre 2014 Bibi Netanyahou a rappelé à la Communauté des Nations dans ce lieu malsain et hostile à Israël qui s’intitule l’ONU, que la distance qui sépare les faubourgs de Tel-Aviv des frontières 1967 est identique à la distance qui sépare le bâtiment des Nations Unies à Times Square. Vouloir créer un Etat palestinien aux Faubourgs de Tel-Aviv, ou encore mieux à un jet de crachat de Kfar-Saba, c’est aussi vouloir avaler/détruire Israël.

Bil’am serait-il le Gaucho des temps bibliques. En effet les  Shalom Achshav financés par les ennemis d’Israël qui aspirent à la strangulation d’Israël en créant un Etat palestinien à une distance d’un jet de crachat  de Kfar Saba ou le Mouvement qui incite les jeunes Israéliens à émigrer en Allemagne parce que le Milky y est moins cher pratiquent aussi une stratégie d’avalement/assimilation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire