mardi 22 novembre 2011

La logique coranique qui sous-tend la pensée politique de Mahmoud Abbas



« Je viens devant vous aujourd’hui de la Terre Sainte, la terre de Palestine, la terre du divin message, de l’ascension du Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) et de la ville natale de Jésus Christ (que la paix soit sur lui), pour parler au nom du peuple palestinien qui vit dans sa patrie ou en diaspora » déclame Mahmoud Abbas à tous les Etats de la planète assemblés à l'ONU.

Remarque liminaire sans lien avec la suite: si le peuple palestinien, ou du moins une partie, vit dans sa patrie, pourquoi Abbas réclame t-il pour eux un Etat ?

Si nous concédons volontiers que la ville natale de Jésus (la paix soit sur lui) soit effectivement située en Terre Sainte, bien que des doutes demeurent sur l'identité de cette ville, il y a lieu de s'interroger si cette même Terre sainte constitue le point de départ (ou d'arrivée) de l'Ascension du Prophète Muhammad ( la paix soit sur lui) ?

Dans la Sourate 17 du Coran, il semble que ce soit bien le cas. En effet il y est écrit : « Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur (Muhammad), de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles ».

Il est donc admis par les Musulmans, que la Mosquée d'Al Aqsa constitue le point d'arrivée du voyage nocturne du Prophète, parti de quelque part en Arabie-Saoudite.

Il est d'autre part patent que le Prophète a effectué ce voyage en chevauchant un bête fabuleuse nommée Bouraq. La preuve en est que, au début du XX ème siècle, le mur Occidental (Kotel Hamaaravi) était appelé le Mur du Bouraq; Muhammad y ayant attaché sa monture.

Allons plus loin, cette monture n'était pas à usage unique. Le Bouraq en question a également servi à Abraham lorsqu'il rendit visite à sa femme Agar et à son fils Ismaël. En effet, selon la tradition musulmane, Abraham vivait en Syrie - oui, vous avez bien lu - avec sa femme (on peut supposer qu'il s'agit de Sarah), et Bouraq le transporta en une matinée à la Mecque, rendre visite à sa famille (Agar+Ismaël), puis le ramena en une soirée auprès de sa femme syrienne. Plus rapide que l'éclair, Bouraq. Ca tombe bien puisque en hébreu et en arabe son nom signifie « éclair ».

Qu'y a t-il à retenir de ces croyances-traditions musulmanes ?

- Qu'il existait des mosquées avant la naissance de Mahomed, ce qui est quelque peu étrange, puisque c'est précisément, grâce au Prophète, que les mosquées furent instituées. Par ailleurs Mohamed est mort en 632 et la construction de la mosquée d'Al Aqsa débuta en 709. Étrange !!

- La seule utilité du Mur Occidental à Jérusalem est de permettre au prophète d'y attacher sa jument, dont il porte le nom. Qui a osé prétendre que le Kotel Hamaaravi pouvait avoir une autre fonction et signification, pour un autre peuple?

- La terre des Hébreux en Canaan n'a jamais existé puisqu'Abraham et son épouse Sarah vécurent en Syrie. Muhammad s'est rendu à Jérusalem, Abraham a fréquenté la Mecque, où vivaient sa seconde (ou première) femme, Agar et son fils préféré Ismaël, et il est, par ailleurs, bien connu de par la tradition musulmane, que ce n'est pas Isaak qui faillit être immolé mais bien Ismaël.

Il est donc logique, compte tenu de ce qui précède, que les Juifs n'aient aucune légitimité à revendiquer la Terre dite sainte, qui revient en totalité et en exclusivité à Ismaël et à ses descendants; lire, lesPalestiniens.

En foi de quoi, Mahmoud Abbas obéit à une logique implacable en demandant, ou plutôt, en exigeant, que les autre Etats constitués reconnaissent non seulement le droit des Palestiniens à leur terre, mais surtout, d'admettre solennellement la véracité du Coran et les mensonges de la Torah.

Il faudrait tout de même comprendre, une fois pour toutes, que ce dont il est question dans toute cette affaire, ce n'est jamais que le combat entre un Livre et un autre. Si l'un ment , alors l'autre dit forcément la vérité.

Et par conséquent, ce qui est étonnant, c'est que tous les pays de tradition chrétienne ne prennent pas position en faveur de la vérité biblique et de ses conséquences sur le plan géopolitique.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire