jeudi 6 mars 2014

Que pensent les Yéshivistes des Commandos de Marine israéliens qui leurs permettent d'étudier en toute quiétude ?

Premier volet
Dans les eaux territoriales du Soudan et de l’Érythrée, à 1 500 km au sud d’Israël, les troupes d’élite de la Shayétét 13 ont arraisonné le navire affrété par l’Iran transportant des missiles M 302. Les recherches dans les containers ne sont pas encore terminées mais l’on sait d’ores et déjà que certains missiles trouvés, d’une portée de 20 Km, menaçaient de destruction une grande partie de de l’Etat d’Israël.
La Shayetet 13, soit la flottille 13 (à ne pas confondre avec Sayeret qui ne s’emploie que dans les unités terrestres) est l'unité des commandos de la Marine israélienne – l’équivalent des Seals aux USA -  dont le premier  commandant fut Yohai Ben-Nun. La Shayetet recrute des appelés du contingent, qui doivent servir cinq ans. Le profil exigé  est de 97. Les élus au Komando Yami suivent une formation  particulièrement physique qui dure 20 mois. Les effectifs de la Shayétét qui sont couverts par le Secret Défense sont divisés en trois compagnies : commando, nageurs de combat et bateaux rapides.

Deuxième volet
Si vous avez vu le clip commandé à l’occasion de la manifestation des Haredim à Jérusalem, vous avez sans doute remarqué que le slogan qui le rythmait les danses était:
"אנו משכימים והם משכימים - אנו משכימים לדברי תורה, והם משכימים לדברים בטלים. מודים אנחנו לך ה' אלוקינו ואלוקי אבותינו, ששמת חלקנו מיושבי בית המדרש ולא שמת חלקנו מיושבי קרנות".
La traduction serait la suivante : « nous nous levons et ils se lèvent de bon matin. Nous nous levons pour les choses de la Torah et ils se lèvent pour des choses futiles. Béni sois-Tu l’Eternel qui nous a donné notre part parmi ceux qui fréquentent la maison d’étude et non pas parmi ceux qui sont assis dans les angles ». La traduction littérale de Yoshvéi Kranot (assis dans les angles) ne signifie pas grand-chose, alors allons plus loin. On trouve ce terme dans la Guemarra Baba Kama 82a et Rashi nous dit qu’il s’agirait de ceux qui sont assis dans les boutiques ; des boutiquiers en quelque sorte, qui travaillent et n’ont pas le temps d’étudier,  mais avec les années cette expression s’est transformée pour signifier fainéant, celui n’étudie pas… la Torah évidemment, ou pire encore, bandit, escroc, posté dans les angles des rues pour détrousser sans doute les passants. Ainsi le jingle de la manifestation de la place Tahrir, pardon de Jérusalem, segmente la population israélienne en deux catégories: ceux qui étudient la Torah full time, et les autres qui seraient des ignorants, des fainéants, voire même des pickpocket. M’est avis que les publicitaires religieux qui ont composé ce jingle sont de véritables malveillants. Ils auraient pu se contenter de la dichotomie: ceux qui étudient et ceux qui n’étudient pas. Au lieu de cela ils stigmatisent méchamment l’Autre en se servant précisément du Talmud qu’ils vénèrent.
Question
Ceci m’amène à me poser une double question : comment a été reçue par les jeunes Harédim en âge de servir la nouvelle de l’accostage par les soldats de la Shayétet 13 du bateau transportant les outils de destruction massive qui auraient pu faire sauter toute une Yeshiva et ses pensionnaires avec une seule roquette, et, considèrent-ils que ces commandos de marine israéliens, qui prennent tous les risques à leur place, fassent partie des fainéants, inutiles et escrocs, qui sont « assis dans les angles des rues » ?
Je pense que si j’étais à la place des jeunes Harédim en âge de servir je me sentirais un peu merdeux, pardonnez l’expression. Mais bien sur, certains ne manqueront pas de rappeler que si cette opération, comme d'autres, a été couronnée de succès, c'est grâce à l'étude des Bakhourey Yéshiva!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire