jeudi 27 octobre 2016

"Gommer Israël des pages de l'Histoire", Ahmadinejad l’a demandé, l’Unesco s'est executé

En octobre 2005, lors d'un discours en l'honneur de l’Ayatollah Khomeini, Ahmadinejad a déclaré, reprenant les propos de ce dernier, que "ce régime qui occupe Jérusalem doit disparaître de la page du temps (ou des pages de l’histoire)". Les Journaleux bien évidemment ont traduit la déclaration d’Ahmadinejad par "Israël doit être rayé de la carte", tout court.  

Un tôlé général a suivi : qu’aurait dit exactement ce visionnaire, et les défenseurs de l’Iran de s’acharner à prouver qu’il n’a jamais souhaité rayer Israël de la carte mais seulement des pages de l’histoire ou du temps, au choix.

Je vous pose donc la question : qu’est ce qui est plus grave : combattre un ennemi pour le défaire militairement ou faire en sorte que l’Histoire ne souvienne même plus de son existence ?

L’Unesco n’a fait qu’appliquer les prophéties d’Ahmadinejad et de son Ayatollah de mentor ; elle a gommé d’un trait de plume le lien quatre fois millénaires entre les Juifs et leur Histoire; mieux  encore, elle a déclaré nul et non avenu le livre qui raconte cette Histoire, le Tanakh, l’Ancien Testament, y adjoignant au passage le Nouveau Testament. Tant qu'à faire. Que pèsent t-ils face au Coran, le livre parfait, nous disent les Musulmans.

Ahmadinejad l'a voulu, l'Unesco s'est exécuté.

Pour mémoire, reportez vous à mon article : liste exhaustive des ennemis d'Israël selon les Psaumes qui traite largement de ce sujet.  

http://geopolitique-biblique.blogspot.co.il/2013/11/liste-exhaustive-des-ennemis-disrael.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire