mardi 2 août 2016

Qui d'Edom ou d'Ismaël devons nous craindre ou, qui a jamais dit qu'il était facile d'être un Juif ?

Il est connu qu’Israël a été assujetti par Quatre Royautés qui furent successivement Babylone, Parass ou Madaï (Perse), Yavan (soit la Grèce) et enfin Edom. Nos Sages se sont longuement interrogés sur l’identité de la dernière Royauté : s’agit-il uniquement de Rome, lire l’Empire romain suivi par la chrétienté qui l’a phagocyté ou bien doit-on y inclure Ismaël. Les avis divergent. Seuls Ibn Ezra et Saadia Gaon soutiennent que la dernière Royauté qui combattra Israël sera Ismaël. Le Maharal de Prague et d'autres considèrent que la dernière Royauté sera en fait une combinaison d’Edom et d’Ismaël. Précision utile: certains Sages sont enclins à intégrer Ismaël dans la royauté de Parass, la Perse.

Dans le Livre de Dvarim (Deutéronome) 30:7 il est marqué: Dieu fera tomber ces malédictions sur tes ennemis et tes haïsseurs. Bien que dans la traduction classique de la Bible il soit marqué « adversaires », le terme "haïsseurs" est plus adéquat). Il y aurait donc à faire un distinguo entre ennemis et ceux qui te haïssent, sachant bien évidemment que les ennemis sont autrement plus dangereux que les autres. 
ונתן ה' אלוקיך את כל האלות האלה על אויבך ועל שונאיך.

Mon dernier article sur Hitler, sa fascination pour l’Islam et son mépris pour le Christianisme, sous-produit d’ailleurs du Judaïsme,  m’amène à penser qu’Hitler a réfléchi et s’est comporté d’avantage en Mahométan qu’en Edomite : Il a épousé la thèse du Coran selon laquelle l’Islam, lire le National-Socialisme, doit conquérir l’univers entier et, sur le plan des moyens, sa cruauté s’inscrit parfaitement dans le Coran. Il s’agit donc d’un mélange détonnant d’Edom et d’Ismaël qui conforte les thèses développées plus haut.

Exit Hitler, le monde se compose désormais d’ennemis et d’haïsseurs, d’Israël s’entend.  Exemple : sous le Mandat britannique, il y avait clairement les Anglais d’un côté qui haïssaient franchement ces Juifs si exaspérants de Palestine et de l’autre côté les Arabes, ennemis irréductibles du jeune Yishouv. Les Anglais sont partis, remplacés par d’autres haïsseurs. Quant à la fureur meurtrière des Arabes, elle n’a fait que croître et embellir.  Avec une variante : la fureur d’Ismaël n’est plus seulement orientée contre Israël, Edom est devenu aussi leur nouveau champ de manœuvre.

Le problème de l’Occident est qu’il est incapable d’une lecture biblique et talmudique et persiste à croire qu’en amadouant l’Islam,  il parviendra à le domestiquer. Lourde erreur, Ismaël est depuis la nuit des temps un פרא אדם Péré Adam, un « Sauvage homme » qui ne rêve que de se tailler un Empire, qui ne saisit pas le sens du mot « démocratie » mais, considère que le monde entier est destiné à devenir son Royaume. On estime qu’au départ il arrivera à ses fins « sa main sera sur tous, ידו בכל » puis, si l’Occident se reprend « יד כל בו il sera vaincu ». Le problème d’Israël est qu’il ne peut supporter aucune défaite. Pour cela se doit de distinguer l’ennemi de l’haïsseur.

Ismaël peut donc se situer à trois niveaux : Il peut être comptabilisé dans l’Empire perse renaissant, il peut faire partie du dernier empire d’Edom composé à la fois d’Esaü et d’Ismaël ou, au dire de certains, l’Empire d’Edom ayant périclité, Ismaël serait la toute dernière menace, le dernier Empire; certains disent la Cinquième et dernière Royauté (seul problème : il n’y en a eu que Quatre) qui mènera des guerres sanglantes contre Israël. Là où les Sages s’accordent c’est, qu’in fine, Ismaël et Edom se livreront une dernière guerre  - autour de Jérusalem – qu’ils finiront par perdre …. au profit d’Israël.

Quelle que soit l’hypothèse retenue, parmi les trois citées, on ne peut que constater qu'aujourd’hui, l’ennemi irréductible d’Israël est bien Ismaël et seulement Ismaël; Edom, l’Occidental, qu’il s’agisse du Pape, d’Obama ou de Mélenchon et ses variantes BDS and C°, se contente de haïr et de jalouser Israël et, en passant, de d’assister Ismaël ; lire la Perse, ou l’OLP ou qui vous voudrez, à mieux nuire à l’Etat juif. Certains me citeront la Guerre de Gog et Magog, mais, comme personne ne sait ce que ça signifie, il est préférable de s’en tenir aux fondamentaux.  Notre seule consolation et espoir est de croire fermement à ce que le Maharal de Prague, dans son livre fondamental  נצח ישראל intitule Netsa’h Israël,  à savoir la pérennité et la victoire finale d’Israël.


Faut-il pour autant rester le bras ballants en attendant ces jours lumineux. Certainement pas. Il faut combattre les ennemis et tenter d’éduquer ceux qui nous détestent pour de mauvaises raisons. Pas simple me dire-vous, mais où est-il écrit qu’il était facile d’être un Juif et de surcroît un Israélien. 

1 commentaire:

  1. il est encore plus difficile, je crois, d'être une Juive; de surcroît une Israélienne.

    RépondreSupprimer