mercredi 13 janvier 2016

Quand arrivera le Messie ?


Cette question a préoccupé des générations de Juifs et continue à les tarauder de nos jours. De tous temps on s’est livré à des calculs extrêmement sophistiqués pour définir une date et personne n’est d’accord avec personne. Les Sages ont d’ailleurs voulu mettre le holà à ces spéculations parce ce n’est que de la pure perte de temps et que cela soulevait des espérances qui, chaque fois, ont été déçues. Ça ne m’empêche pas de me livrer à ma propre analyse qui ne demande qu’un peu d’attention à la lecture du texte biblique.

La première fois qu’il est question dans la Torah de ce qui se passera à la suite des temps est évoquée dans la paracha Vayéhi 49:10  dans laquelle Jacob, avant sa mort, passe ses fils en revue pour leur annoncer ce qu’il adviendra d’eux. En fait, le but de ce passage est de convaincre ses garçons que la royauté sera l’apanage de Yéhouda, leur frère, à qui ils devront obéir, et ce, quelle que soit l’époque. Cette prédiction s’est d’ailleurs largement  réalisée puisque même après le règne de David, les Chefs des communautés tant en Israël qu’en Galout descendaient de la tribu de Yéhouda. En Babylone le « chef de l'exil », ראש הגולה ou exilarque, descendant de David, était le représentant officiel du Judaïsme auprès des autorités locales. Plus tard en Espagne on trouve la trace de chefs de communautés juives ou Nassi qui réclament leur appartenance à la lignée davidique (famille Shaltiel, entre autres).   

Si le nom de Chilo est passablement hermétique, les conditions dans lesquelles il devrait se révéler aux Juifs et aux nations sont plus précises. En effet la Torah nous dit : 
"לא יסור שבט מיהודה ומחוקק מבין רגליו עד כי יבא שילה ולו יקהת עמים", ce que les rabbins nous traduisent par : "Le sceptre ne quittera pas la tribu de Yéhouda, ni le législateur d’entre ses pieds. Jusqu’à ce que vienne Chilo, à lui l’assemblée des peuples". 
Une indication nous est fournie par le mot יקהת  Yikhat, traduite par "assemblée". Or si la Torah avait voulu nous parler de l’humanité constituée par l’ensemble des nations, elle aurait utilisé un autre mot que Yikhat ou n’aurait utilisé aucun mot, se contentant de Haamim, les peuples, ou kol haamim tous les peuples ; le langage toraïque est suffisamment riche pour que le choix précisément de Yikhat pour désigner les peuples soit signifiant. Que signifie donc Yikhat

Pour faire simple les racines associées à Yikhat יקהת comme יקהה et קהות nous renvoient sur des concepts précis, tels que "faiblesse, impotence, vieillesse ou, émoussement d’un objet contondant ou simplement des dents" Donc, les peuples qui seront dominés ou dirigés par Chilo ne doivent pas être considérés simplement comme un ensemble, une assemblée, une communauté mais comme des peuples émoussés, affaiblis, vieillissants, déboussolés. Ce qui implique que Chilo n’arrivera que lorsque les peuples auront perdu leurs dents ou simplement la volonté de mordre. Autrement dit, lorsque les peuples ont encore du ressort, de la fierté, une morale et une idéologie claire et qu’ils possèdent des dirigeants comme Churchill ou De Gaulle, comme ce fut du temps des Alliés contre le Nazisme, le temps de Chilo n’est pas encore venu. Par contre, en poussant le raisonnement à l’extrême, lorsque les peuples sont dirigés par un Obama ou un Hollande, que des Nations jadis fortes et fières, n’ont plus la force ni la volonté de s’opposer aux hordes barbares qui veulent les asservir, alors, peut-être que le temps de Chilo approche.  Pour que Chilo arrive et "à lui l’assemblée des peuples" comme nous dit la Torah, il faut encore que ces peuples soient murs pour recevoir son message.

Autre condition qui me semble sine qua non pour qu’arrive Chilo : il faut que le peuple d’Israël  soit solidement implanté sur sa terre ou, en d’autres termes, que Yéhouda, dont descend Chilo, règne. Dans ce cas Chilo n’est pas nécessairement un homme mais l’entité souveraine qu’est Eretz Israël. Ceci est suggéré par le passage qui précède l’arrivée de Chilo: "Le sceptre ne quittera pas la tribu de Yéhouda, ni….. ".

Enfin, pour conclure, un peu de guématria :

שילה =  345 = משה
יבא שילה = 358 = משיח


Ce qui signifie que si Chilo a la même valeur numérique que Moïse,  le mot "Messie" a la valeur numérique de "viendra Chilo". Toutes les interprétations sont permises.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire