mardi 20 octobre 2015

Le principal objectif de l’alliance russo-iranienne en Syrie: mettre à genoux le Régime saoudien qui a cassé le prix du pétrole

L’Arabie saoudite a déclaré la guerre aux pays producteurs de pétrole en cassant artificiellement les prix ; pourquoi la Russie et l’Iran, les principaux pays à en souffrir, ne répondraient pas à cette attaque, avec les moyens militaires qui sont les leurs, d'autant plus que la guerre que mènent les Russes coûte cher, et qu'il faudra bien que quelqu'un paye la note.

Les Russes solidement implantés en Syrie, acoquinés avec leurs compères perses trouveront certainement un moyen et une bonne occasion pour faire revenir l’Arabie saoudite sur sa stratégie belliqueuse de faire chuter artificiellement le prix du baril de pétrole. Chaque jour qui passe les Russes perdent des milliards de dollars à cause du prix du baril imposé par Riyad. Les Iraniens qui désormais peuvent exporter librement leurs hydrocarbures, grâce à l’obligeance du sieur Obama, ne laisseront plus les saoudiens leur dicter leur marge bénéficiaire sur le prix du baril.

La prochaine étape de la guerre que mènent la Russie et l’Iran en Syrie a un double objectif: assurer la mainmise russe en Méditerranée en s’implantant solidement dans le port militaire de Tartous et, préparer le terrain pour faire chuter la monarchie saoudienne. Les Iraniens enrobent leur détestation envers le régime de Riyad par d’oiseuses considérations religieuses, mais il ne faut pas être dupe, c’est une histoire de gros sous.

L’Arabie saoudite est d’une fragilité extrême et dépend exclusivement des voies maritimes pour le transport de son brut. Techniquement, quelques bombinettes sur ses puits de pétrole, tous localisés à l’est du pays et la fermeture des Détroits, vitaux pour leurs tankers, suffiraient pour mettre la famille Saoud à l’agonie et faire reflamber le cours du pétrole. En cas d'attaque, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud n’aura qu’à réclamer l’aide de l’impotent Obama, et on verra bien ce qu’il recevra, sachant que les Etats-Unis ne se plaindraient, non plus, d’une augmentation du prix du pétrole.

Alors,  j’ai un conseil à vous donner: investissez dans les sociétés pétrolières et tout ce qui touche de près ou de loin au pétrole et au gaz, et n’oubliez pas de me verser ma commission quand vous aurez doublé votre mise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire