mardi 5 août 2014

9 Av, j’en ai marre de me lamenter ce jour-là, ou un autre jour

Les deux Temples ont été détruits, paraît-il, le 9 du mois de Av, l’exil d’Espagne aurait commencé en ce même jour de Av. Pour donner encore plus de solennité à ce jour de deuil, de jeûne et de lamentations, nos sages et nos historiens ont fourré, bon gré ou mal gé un tas d’autres évènements tragiques en ce jour du 9 Av : l'interdiction pour la génération de l'Exode de rentrer en terre d'Israël à la suite de la faute des explorateurs, la destruction de la forteresse de Betar en l'an 135, marquant la fin de la révolte de Bar Kokhba, l'expulsion des Juifs de France par Philippe le Bel, l’expulsion des Juifs d'Angleterre par le roi Édouard Ier d'Angleterre, les déportations des Juifs parqués dans le ghetto de Varsovie vers le camp d'extermination de Treblinka, et que sais-je encore ?

Pour moi, ce jour du  9 Av 5744 qui correspond au 5 Août 2014 marque la sortie des troupes israéliennes de Gaza et leur déploiement le long de la frontière, ce qui implique que B.H d’autres jeunes combattants ne tomberont plus au combat, et, en ce qui me concerne, c’est cela l’essentiel. Ce matin, je n’ai pas entendu ni les roquettes, ni la sonnerie de Tseva Adom sur mon portable, les Egyptiens sont parvenus à faire entendre (du moins provisoirement) raison au Hamas et au Djihad islamique. Alors, comme on dit en hébreu hakol Tov vé Yaffé, tout est bon et beau, pourquoi me lamenterai-je ? Parce que jadis, en des temps lointains et moins lointains, des choses extrêmement désagréables pour le peuple juif se sont produites ? Certes, mais admettons-le une fois pour toutes, ces choses-là ne se sont pas produites en vain, la meilleure preuve c’est que nous sommes là, ici et maintenant sur la terre d’Israël en train de fêter la victoire de Tsahal sur nos ennemis (bien que les plus pessimistes d’entre nous relativisent cette victoire), que le peuple d’Israël à Sion et en Diaspora ont fait preuve d’un sang-froid et d’une solidarité à toute épreuve.

Force aussi est de constater, sans chercher à décrypter les calculs du Très Haut, que la marche de l’Histoire ne relève pas du fortuit ou du Mazal, de la chance ou du déterminisme astral, mais que la Volonté divine imprime Sa route aux hommes et aux événements. Je ne citerai que deux exemples

- Il existe à l’ouest des hommes forts puissants et passablement mal intentionnés à l’égard d’Israël. S’ils étaient complétement libres de leurs mouvements, ils nous causeraient les plus grands dommages et d’ailleurs ils ne se privent pas d’essayer. Mais, comme le dit jadis, fort justement Bilaam, "je ne mettrais dans ma bouche que ce que ce que l’Eternel me dira de dire et de faire". Ainsi, l’animosité d’un Obama n’empêche pas la Chambre des Représentants de voter à Israël tous les crédits militaires dont le pays a besoin.

- L’Egypte, Mitsraïm, a failli basculer dans le camp des Frères Islamistes à la Morsi-mord là ; le grand roi noir de l’ouest  a d’ailleurs  tout fait pour y parvenir, et voici que le plus grand ennemi potentiel de l’Etat hébreu devient aujourd’hui son plus grand allié objectif. Cette volte-face de l’Histoire n’est pas sans rappeler, à mon humble avis, la saga de Pourim où le méchant Aman, par un pied de nez à toute logique, est pendu à la potence qu’il réservait à Mordekhaï. Un évènement de cette nature passe pratiquement inaperçu par les observateurs, alors qu’il s’agit d’un pur miracle (bien que je déteste employer ce mot). Imaginez quelle eût été la situation si l’opération Tsuk Eytan s’était déroulée avant que Sissi ne prenne le pouvoir ?


Donc, pourquoi me lamenterai-je en ce jour du 9 Av et pourquoi me lamenterai-je tout autre jour de l’année puisque Hashém conduit son monde dans l’intérêt d’Israël. Je devrais à l’extrême limite chanter le Hallel (Louanges réservées au Rosh Hodesh et fêtes) tous les Jours de la semaine pour le remercier de ses bontés, même les jours où ses bontés ne me paraissent pas évidentes. Toutefois, pour ne pas me déconnecter du Klal Israël, en ce 9 de Av je jeûnote un peu, je me lamente un peu, pour la forme. 

A préciser bien entendu, que le Jeûne de Kippour doit être observé avec le plus grand sérieux, puisqu'il s'agit du lien très particulier et subtil que les juifs entretiennent avec Hashém. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire