dimanche 16 février 2014

Ultra-Religieux et Laïques en Israël, le temps du mépris


Le conflit qui oppose les tenants de l’incorporation des étudiants des Yeshivot à l’armée à ceux qui s’y opposent est le grand sujet qui engage  Israël dans les années à venir et les solutions qui y seront apportées décideront de l’avenir du peuple juif dans sa globalité.
De quoi s’agit-il ?

La position des antireligieux et des observants en calotte tricotée (kippa srouga) qui servent dans Tsahal,  repose essentiellement sur un sentiment d’injustice sociale : Pourquoi  les Harédim qui refuseraient de servir  à l’armée et, par voie de conséquence, de risquer leur vie dans les guerres d’Israël, seraient-ils en droit de percevoir des subsides de l’Etat, qui leurs permettraient de continuer à étudier la Torah en toute quiétude                                                                                                                                                                     La position des Yéshivistes et de leurs rabbins consiste à soutenir que leur étude contribue tout autant à protéger l’Etat d’Israël que les soldats et réservistes qui servent dans Tsahal, que cette étude seule permet de sauvegarder les valeurs juives et que leur incorporation dans une armée, qu’ils estiment non conforme à leurs normes, les détournera de leurs pureté doctrinale et existentielle.

Comme on peut le constater les positions sont inconciliables, ne se situant pas sur le même registre. Les premiers traitent les seconds de parasites sociaux et les seconds traitent les premiers de fossoyeurs du Yidishkeit, de la judéité.

Qui a raison ? Les deux bien sûr !

Les adversaires des Harédim  sont outrés non seulement par le refus de verser  leur contribution à la défense d’Israël, tout en quémandant les aides d’un Etat qu’ils ne servent pas, mais aussi par leur mépris vis à vis de l’institution même de Tsahal ; celle-ci représentant pour eux  un lieu de débauche et de perdition où ils souilleraient leur âme. Ce qui laisse bien entendu entendre que les filles et les garçons qui servent dans l’armée y ont perdu leur âme, si jamais ils en possédaient une avant leur incorporation. C’est donc le regard des Harédim sur la plus sacro-sainte des Institutions israéliennes qui pose problème à l’Israélien lambda.  Celui-là a servi dans l’armée et considère, en règle générale, que sa période de Service et ses Milouïm (réserve) l’ont  aguerri, mûri et, globalement bonifié, et ne supporte pas qu’elle soit vilipendée, voir méprisée.                                                                                                                                                                                                                                                                                   Les Harédim justifient leur refus de plusieurs manières:

Ils considèrent que le simple fait d’étudier le Talmud et ce qui s’y rattache « protège » le peuple d’Israël au même titre que le service actif dans Tsahal, si ce n’est d’avantage. Cet argument, hautement ésotérique, n’est pas démontrable. Peut-être que oui, peut être que non. Il est en tout cas peu recevable par le conscrit moyen qui considère qu’il s’agit de chtouïot (bêtises)

Ils considèrent, qu’à l’inverse des matières classiques enseignées à l’université, qu’il est possible d’interrompre puis de reprendre quelques  années plus tard,  l’étude du Talmud ne souffre pas d’une interruption  de plusieurs années, faute de …  Faute de quoi , je l’ignore. A priori il serait possible d’étudier certains Traités talmudiques avant l’incorporation puis d’en étudier d’autres après. Au dire des Rabbins c’est impossible, l’élan ne peut être rompu, comme ne peut être rompu leur mode de vie protégé et semi ghettoïsé, faute de quoi …

Ils se considèrent comme les gardiens des vraies valeurs du judaïsme traditionnel qui passe, encore une fois, par l’étude du Talmud et de ses Commentateurs. Si une partie d’Israël cessait de l’étudier, alors la spécificité du peuple juif serait perdue irrémédiablement.  Cet argument ne manque pas de poids si l’on considère l’inculture crasse de l’Israélien lambda des sources judaïques traditionnelles. On peut soutenir à l’inverse que les Etudiants de Yéshivot  connaissent très mal les Prophètes et Hagiographes (Tanakh ou Bible) qui sont enseignées au collège et Lycée, et souvent fort bien enseignées dans le courant sioniste religieux. 

Le problème est d’autant plus aigu à partir du moment où l’on sait que pour des raisons bassement matérielles, le statuquo ne pourra pas se prolonger. Autrement dit qu’une fraction plus ou moins importante des yéshivistes devra bon gré, mal gré intégrer l’armée ou quitter le pays.

Ma difficulté à prendre parti pour un camp ou pour un autre provient du fait que je les comprends tous les deux et que certains aspects dans chaque camp m’insupportent.

Je comprends l’acharnement des yéshivistes à étudier la Torah mais je ne comprends pas leur incapacité, voire leur refus de partager leur savoir avec ceux qui n’en possèdent pas, je ne comprends pas leur mépris de l’armée d’Israël et le regard qu’ils portent sur l’institution Tsahal. Après tout, des crapules et des voyous existent de tous bords et les Harédim n’en manquent pas.

Je comprends l’exaspération, voire quelque fois la haine que portent les Laïques sur le monde harédi mais je ne comprends pas leur acharnement à demeurer dans leur crasse ignorance de tout ce qui concerne la tradition juive et l’immense littérature que nous ont légué nos sages  à travers les millénaires. Je ne comprends pas non plus leur fascination pour la matérialité et la futilité environnantes, à charge pour chacun de remplir en toute conscience les cases qui le concernent.

Je n’apporte aucune solution à ce problème qui me dépasse mais j’éprouve la sensation  que l’abime qui sépare ces deux mondes pourra être, non pas comblé, mais atténué par des initiatives individuelles de passeurs tels le rav Adin  Steinsaltz qui a su mettre le Talmud à la portée de tous ceux qui ne fréquentent pas les Yéshivot.

A suivre …..                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          c

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire