dimanche 10 novembre 2013

Petit miracle à Genève: Laurent Fabius ne veut pas passer pour un "fraïer" (dupe) et se met à l’unisson de Bibi

Connaissez-vous la signification de l’expression hautement diplomatique française " jeu de dupes" en hébreu ? Elle se traduit par un des premiers mots que l’on apprend à l’Oulpan, ou dans la rue, en Israël : Fraïer. L’origine du mot est bien évidemment galoutique ; les Polonais, les Roumains les Allemands et les Yiddishisants se l’approprient. Mais en définitive cela n’a aucune importance dans la mesure où le mot s’est profondément enraciné dans le léxicon tsabari. Ne pas se faire avoir par l’Autre qui emploie tous les moyens pour vous b…er, est devenu une obsession de l’Israélien lambda. Il faut dire, pour sa défense, que deux mille ans en galout pendant lesquels les Juifs  ont été les fraïer désignés de tous les Goy qui passaient par là, ont suffi, et les Israéliens ont décrété que plus jamais ils ne seront les Fraïer de qui que ce soit.

Or voici que la très déclinante Amérique Obamienne et l’Europe bancale Ashtonienne sont en train de passer pour des fraïer par les Iraniens qui, à Genève, étaient en passe de tout obtenir sans rien concéder en échange : terminer la construction du réacteur d’Arak en mesure de produire du plutonium, continuer à disposer de l’uranium enrichi à 20 % pour en faire ce que bon leur semble et …  se voir débloquer dans les plus brefs délais les 50 milliards de dollars d’avoirs iraniens gelés sur des comptes étrangers. En échange les Iraniens étaient prêts à faire …. des promesses.

Bibi s’est fâché tout rouge  et a déclaré qu’il en avait ras le bol de passer pour un fraïer par cette négociation chamberlinienne à la Munich 38. Pensez-vous qu’il soit le seul à connaitre cette expression ? Que néni, Laurent Fabius l’a aussi apprise, et ne me rétorquez pas que Fabius connait cette expression parce que, comme il est écrit un peu partout, il est d’origine juive ! Non, ce sont les Saoudiens, hautement angoissés par un Iran nucléaire à leur porte qui le lui ont soufflé. J’ignore quel est le mot en arabe pour « fraïer » mais le concept véhiculé par le mot est aussi fortement enraciné dans la mentalité arabe que dans la mentalité israélienne. Donc, pilotés par l’Arabie saoudite et les Emirats gorgés de pétrole, avec qui la France est en business, François Hollande et le Quai d’Orsay ont poussé Fabius à durcir ses positions et à s’opposer à la signature de l’ignoble accord qui se concoctait à Genève.  


Comme il est écrit quelque part : « les voies du Seigneur sont impénétrables ». Décidément Hachém nous surprendra toujours; dans ce cas, en allant chercher le plus improbable et anti- sioniste pays de l’Union Européenne  pour se mettre à l’unisson de la position israélienne. Pour ceux qui aiment chercher des Nissim (miracles) un peu partout, cette improbable volte face française peut être considérée comme un Ness. Mais, ne nous y trompons pas, pour l’instant c’est un petit Ness, car, selon toute vraisemblance, lors de la nouvelle réunion programmée le 20 Novembre, Ashton, Kerry et les Iraniens signeront le traité infâme et la nouvelle Babylone aura sa bombinette. Alors, à quand le vrai grand Ness ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire