mercredi 10 avril 2013

Bernheim, qui a vécu dans le déni, se repent de son péché d’orgueil, confesse ses fautes, et demande l’Indulgence ; c’est juif ça ?


Depuis mon premier article sur l’affaire Bernheim, j’ai été abreuvé de commentaires tels que : « celui qui n’as pas péché lui  jette la première pierre,  qui sommes-nous pour juger, seul Dieu peut juger , ou encore , tout  se passe entre l’homme et son Créateur », comme si D.ieu n'avait pas demandé aux hommes d'instaurer des tribunaux. Aussi, je ne suis pas trop surpris d’entendre Bernheim déclarer à Radio Shalom : "Démissionner serait un acte d'orgueil alors qu'aujourd'hui, je dois faire preuve d'humilité".

L'orgueil, du latin Superbia (source Wikipedia) , est le péché le plus capital des sept péchés capitaux,  lire fondamentaux, à l'origine de tous les autres péchés. Il est bien naturel qu’on le combatte avec vigueur. Ainsi, donner sa démission après avoir fauté est un péché capital car cela prouverait le grand cas que l’on fait de sa personne. Bernheim nous dit vouloir désormais  « être pleinement homme et ne pas se vouloir plus qu'un homme au-dessus des autres», ce qui nous éclaire sur ce qui l’a animé pendant 61 de sa vie et, qui aurait continué à l’animer, si ces affaires n’avaient pas éclaté au grand jour. Pour lutter contre cette tentation de superbe, rien ne vaut que de rester à son poste et de cultiver l’humilité. C’est ce que se propose d’accomplir Bernheim à la tête du rabbinat français consistorial. Il  espère que grâce à cet acte de contrition et l’aveu de ses péchés, il saura trouver le Salut. Noble et superbe tache, digne d’éloges.

Le seul  petit problème est que ce langage est purement chrétien, ce qui en soi est tout à fait louable, s’il  est cohérent avec la foi de celui qui le prononce ; or, il me semble bien que Bernheim est juif, et rabbin de surcroît  Qu’à cela ne tienne, la quasi-totalité des auteurs que Bernheim a plagiés ne sont pas Juifs, ce qui prouve bien le grand cas qu’il fait du Christianisme et de ses penseurs. Il est rassurant de constater que, dans la France laïque et républicaine, qui oublie petit à petit  ses racines, la voix chrétienne passe par… le plus gradé d’entre les Juifs. Le cas est unique où un grand rabbin emploie une sémantique chrétienne  pour emberlificoter les Juifs et trouver grâce auprès de ceux qui ne le sont pas. Ce n’est plus un dialogue judéo-chrétien mais un monologue chrétieno-chrétien que tient le Grand rabbin aux juifs de France. Il faut noter que lors de son intervention, il ne cite pas  un seul texte tanakhique ou talmudique. Il est clair que vis-à-vis des Juifs de France qui n’étudient pas la Torah, le discours de Bernheim portera car il correspond à la culture et au jargon ambiant, et c’est bien triste.

Le volet psychanalytique de l’interview n’est pas moins intéressant. Voilà un homme qui vit dans le déni agrégatif, nous dit-il, depuis 40 ans  et cela aurait pu continuer encore longtemps, un homme qui s’approprie les œuvres intellectuelles des autres, sans sourciller et qui et qui prend conscience de la gravité des faits et de ses actes, quand ils sont révélés  au grand jour. Un homme qui cherche la compréhension et l'indulgence des autres en invoquant un drame personnel qui l’a rendu inapte à passer l’aggrég. Cet homme refuse de démissionner de son poste au Consistoire, croyant sans doute que c’est l’endroit approprié pour régler ses problèmes psychologiques  et expier ses mensonges.  

Quant à son degré de responsabilité vis-à-vis de ses proches et vis-à-vis de la Communauté, il fait un distinguo : à ses proches, il doit demander pardon, vis-à-vis de la communauté, c’est un problème d’image à restaurer et à reconstruire.  Ce qui signifie en clair qu’il n’a pas à demander pardon aux Juifs de France ; c’est un problème de marketing. Les Juifs apprécieront !

Là où Bernheim retrouve son côté juif - plutôt israélien - c’est dans la ‘Houtspa ( culot, sans gène) dont il fait preuve pour enfumer son auditoire et garder son job.  Il est malin le bougre.

Après avoir écouté attentivement  l’interview de Gilles Bernheim sur Radio Chalom, je demande fermement, à titre personnel,  sa démission du  poste qu’il occupe au Consistoire central, et invite ceux qui partagent mon point de vue à en faire de même. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire