vendredi 2 novembre 2012

Quand l’ouragan Sandy s’abat sur les pauvres tout le monde s’en fout



Sandy a détruit 70 % des récoltes dans le sud d’Haïti. Vous savez, ces choses qui poussent de la terre et qui permettent aux humains de manger ! Des milliers de têtes de bétail ont été exterminés, l’eau potable a été polluée par les pluies, et le choléra  qui, depuis 2010 a tué plus de 7000 personnes va intensifier ses ravages. Les disparus se comptent par centaines, mais un enfant disparu ne figure pas dans les statistiques. 

A Cuba, 150.000 maisons ont été détruites. Vous savez, ces taudis aux toits en tôle ondulée qui volent si joliment dans les airs comme des cerfs volants, privant les pauvres Cubains de leurs maigres possessions. 1400 poteaux télégraphiques ont été abattus, des ponts des routes ont été détruits. Il faudra des années pour redonner une forme humaine à ces quartiers dévastés.

On pourrait continuer l’inventaire à  la Jamaïque et à Saint-Domingue, mais à quoi bon ; quand les catastrophes s’abattent chez les pauvres, tout le monde s’en fout ; à commencer par les média.

On nous a bassinés à loisir avec les dégâts survenus à la Big Apple, et aux milliards de dollars nécessaires pour retaper les infrastructures. Mais qu’est-ce que quelques milliards au regard de la dette américaine qui a augmenté pendant le mandat d’Obama de 6000 milliards de dollars. 

J’aurais aimé que l’un des candidats à la présidence des Etats-Unis s’inquiète des dégâts survenus dans les Caraïbes et promette une aide à ces pauvres bougres. Je n’espérais rien d’Obama, mais Romney aurait pu y penser pour paraître plus sociaaaal. Rien, nada. 

En définitive la seule chose qui compte vraiment, c’est que le Marathon de New-York, qui se tiendra en fin de semaine, ait bien lieu. 

2 commentaires:

  1. Merci, je voulais réagir sur le texte qui concerne le peu d'intérêt suscité par les malheurs des îles de la Caraïbe.

    Pourquoi les états de l'Europe et les USA devraient-ils s'émouvoir de la misère terrible dans laquelle vivent certaines îles des Antilles? Pour mieux comprendre il serait bon de rappeler que les uns et les autres n'ont jamais fait là qu'exploiter,saigner,soumettre les hommes et les terres.
    Et de rappeler du même coup certains faits:
    Christophe Colomb découvre Hispaniola et l'offre à l'Espagne. Depuis,elle est très convoitée,bon nombre de pays d'Europe essaye de s'en emparer. Sous Louis XIV,toute la partie Ouest est occupée par les français et deviendra Haïti. Elle est peuplée d'esclaves venus du Congo,du Sénégal,du Soudan pour travailler la terre. Un terre riche pour son café,son coton,sa canne à sucre et ses bois précieux.
    Lors qu'éclate la Révolution Française, les esclaves se révoltent,décrètent un pouvoir noir. Napoléon, 1er Consul veut rétablir l'esclavage et y envoie le Général Leclerc pour "mater" ces "insoumis" qui osent réclamer la liberté. Cependant il échoue.
    Les États Unis qui avaient quelques intérêts dans la place,sous prétexte de défendre ceux de la banque d'affaires américaine, "Kuhne,Loeb and Co" vont occuper Haïti et finir de la saigner: 40% des recettes du pays iront dans leur poche jusqu'en 1934. Ils laissent le pays exsangue.
    Il n'y a plus rien à prendre sur cette île! Quant à donner, c'est une autre affaire....

    Colette BUSIDAN-NABET
    Auteur- Conférencière

    Le lecteur pourra trouver une étude sur plusieurs îles de l'Arc Antillais dans mon dernier livre paru aux éditions du losange:
    "IRIS,UNE FEMME DANS L'OMBRE DES CÂPRIERS"
    Je présenterai ce livre à la Bibliothèque Pour Tous de Cagnes/Mer,
    le Lundi 12 Novembre 2012 à partir de 16h 30.

    RépondreSupprimer
  2. La présentation de Colette Busidan-Nabet aura lieu à 15h et non à 16h30 comme indiqué précédemment

    RépondreSupprimer