samedi 31 décembre 2011

L'œcuménisme selon le Grand Orient Arabe et, la fraternité selon Kipling




Mon dernier article m’a  fait découvrir, grâce à la magie de Google, l’existence d’une obédience maçonnique dont je n’avais jamais entendu parler, le Grand Orient Arabe Œcuménique ou GOAO.
Cette obédience, indépendante et souveraine, part du principe, que « peu de français et d’européens de confession musulmane fréquentent les obédiences maçonniques, faute d’y trouver leurs repères culturels »,  et qu’il était donc urgent et nécessaire de créer une obédience qui leur convienne. La GOAO a emprunté à la République française sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Elle rappelle dans sa charte que « comme partout, en maçonnerie, la religion et la politique restent aux portes de la Loge ». Jusque là il n’y a rien à redire.
Le rite œcuménique serait inspiré du rite Ecossais Ancien et Accepté, mais aussi de la maçonnerie musulmane opérative (j’ignorais qu’il en existât une) ainsi que des branches initiatiques de l’Islam: Soufis, Druzes et Ismaéliens. Elle emprunte à l’islam les signes de reconnaissance, les symboliques et les couleurs ; ce qui est parfaitement son droit, dans la mesure où elle ne se réclame d’aucune Grande Obédience, connue et répertoriée.
J’identifie néanmoins  un petit problème : pourquoi cette loge Arabe se veut œcuménique ; et, par conséquent destinée à tous les Arabes, quelle que soit leur religion, puisque sa symbolique est islamique. Quelle est la place des Arabes chrétiens dans cette obédience ? Ou bien part-elle du principe que les Arabes chrétiens, à l’inverse des Arabes musulmans, n’ont pas de difficulté à trouver leur place dans les grandes obédiences classiques; la preuve en est qu’un Arabe chrétien peut même gravir tous les grades jusqu’à devenir Grand Maître de la Grande Loge de l’Etat d’Israël.
Les choses se compliquent sérieusement à partir du moment où le GOAO au lieu de mettre l’emphase sur sa spécificité s’en prend aux références chrétiennes et surtout juives que recèle la franc-maçonnerie. Je cite :
« Nos rituels occidentaux relatent des chroniques anciennes de la Bible, du Talmud ou nous parlent de kabbale dans une débauche de termes hébraïques et de références chrétiennes. Depuis l’affaire Dreyfus au XIXe siècle, l’image du « complot judéo-maçonnique » à laissé des traces persistantes qui évoquent trop souvent le juif comme une origine du mal, de la délinquance morale ou financière. N’est pas Satan qui veut, mais le juif de ces caricatures ne travaille pas seul puisqu’il fait corps avec le franc-maçon, qui élabore sans cesse d’infâmes complots contre la république dans la pénombre de ses ateliers. Tout ceci enfin tisse un lien fort avec l’état d’Israël où la maçonnerie aux racines juives est une machine assurément sioniste et anti-islamique, qui travaille à la gloire du judaïsme. »
On est alors en droit de se demander: mais que diantre le Grand Orient Arabe œcuménique est venu faire dans cette galère maçonnique et que reste t-il du rite Ecossais ou de la Constitution d’Anderson, dans ce déluge de haine ?
La réponse peut être trouvée dans l’usage que fait la GOAO de sa façade maçonnique pour interpeller par exemple la Grande Loge de L’Etat d’Israël en la personne de son nouveau Grand Maître Nadim Mansour qui, comme par hasard est Arabe, sur ce qui entrave, du coté israélien, les propositions suivantes :
« Un retrait complet  d’Israël des territoires arabes occupés depuis 1967, y compris le retrait complet des Hauteurs du Golan syrien et les secteurs demeurant occupés au sud Liban, jusqu’aux limites existantes le 4 juin 1967. Une solution juste au problème des réfugiés palestiniens. La non-acceptation  d’un État palestinien indépendant et souverain sur les territoires palestiniens occupés depuis le 4 juin 1967 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ».
Bref, vous connaissez la litanie, comme si Nadim Mansour pouvait influer de quelque manière que ce soit sur la politique israélienne. Mais tous les moyens sont bons et, comme dit  la GOAO :  la religion et la politique restent aux portes de la Loge. Comme à ma connaissance la GOAO fonctionne quasi exclusivement sur internet, il n’y a pas de raison qu’elle  se  prive d’interpeller.
Cette attitude, peu fraternelle pour le moins, m’a fait penser à un poème de Kipling. Comme vous le savez certainement Rudyard Kipling a été un Franc-Maçon assidu. Il a même du demander une dispense du Grand Maître du District du Pendjab pour lui permettre d’être initié avant l’âge de 21 ans.
ll porte témoignage à sa loge par ces mots: «[...] J’ai été Secrétaire, durant quelques années, de la loge Hope and Perseverance No. 782, de Constitution anglaise, qui comptait des Frères d’au moins quatre systèmes de croyance. J’ai été admis par un membre du Brahmo Samaj (un Hindou), passé par un Mahométan, et élevé par un Anglais. Notre Tuileur était un Juif indien ».
Je vous livre son poème nostalgique sur sa Loge mère pour vous apporter une bouffée de fraicheur avant la nouvelle année 2012 qui risque d’être fort peu fraternelle. Kipling nous enseigne ce que l’œcuménisme, ou tout simplement, la fraternité entre les hommes, veut réellement dire :
La Loge-Mère
Il y avait Rundle, le chef de gare,
Beazelay, des voies et travaux,
Ackman, de l’intendance,
Donkin, de la prison,
Et Blake, le sergent instructeur,
Qui fut deux fois notre Vénérable,
Et aussi le vieux Franjee Eduljee,
Qui tenait le magasin « Aux Denrées Européennes ».
Dehors, on se disait : «Sergent!, Monsieur!, Salut!, Salaam!»,
Dedans, c’était «Mon Frère», et c’était très bien ainsi.
Nous nous rencontrions sur le Niveau et nous nous quittions sur l’Equerre,
Moi, j’étais Second Diacre dans ma Loge-Mère, là-bas!
Il y avait encore Bola Nath, le comptable,
Saül, le Juif d’Aden,
Din Mohammed, du bureau du cadastre,
Le sieur Chuckerbutty,
Amir Singh, le Sikh,
Et Castro, des ateliers de réparation,
Le Catholique romain !
Nos décors n’étaient pas riches,
Notre temple était vieux et dénudé,
Mais nous connaissions les anciens landmarks
Et les observions scrupuleusement.
Quand je jette un regard en arrière,
Cette pensée souvent me revient à l’esprit :
Au fond, il n’y a pas d’incrédules,
Si ce n’est peut-être nous-mêmes!
Car tous les mois, après la tenue,
Nous nous réunissions pour fumer
(Nous n’osions pas faire de banquets
de peur d’enfreindre la règle de caste de certains frères)
Et nous causions à coeur ouvert de religions
Et d’autres choses
Chacun de nous se rapportant
Au Dieu qu’il connaissait le mieux.
L’un après l’autre, les Frères prenaient la parole
Et aucun ne s’agitait.
Jusqu’à ce que l’aurore réveille les perroquets
Et le maudit oiseau porte-fièvre;
Comme après tant de paroles,
Nous nous en revenions à cheval,
Mahomet, Dieu et Shiva
Jouaient étrangement à cache-cache dans nos têtes.
Bien souvent depuis lors,
Mes pas errants au service du gouvernement,
Ont porté le salut fraternel
De l’Orient à l’Occident
Comme cela nous est recommandé,
De Kohel à Singapour.
Mais comme je voudrais les revoir tous
Ceux de ma Loge-Mère, là-bas !
Comme je voudrais les revoir,
Mes Frères noirs ou bruns,
Et sentir le parfum des cigares indigènes
Pendant que circule l’allumeur,
Et que le vieux limonadier
Ronfle sur le plancher de l’office,
Et me fait retrouver Parfait Maçon
Une fois encore dans ma Loge d’autrefois.
Dehors, on se disait : «Sergent!, Monsieur!, Salut!, Salaam!»
Dedans, c’était : «Mon Frère», et c’était très bien ainsi.
Nous nous rencontrions sur le Niveau et nous nous quittions sur l’Equerre,
Moi, j’étais Second Diacre dans ma Loge-Mère, là-bas!

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. * Francs-maçons en terres d'islam :

    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-francs-macons-en-terres-d-islam_496022.html

    * Pourquoi franc-maçonnerie et catholicisme sont-ils incompatibles ?

    http://chretienslibres.over-blog.com/article-pourquoi-franc-ma-onnerie-et-catholicisme-sont-ils-incompatibles-80309840.html

    * Du souffle de la liberté à la franc-maçonnerie :

    http://www.conf-glm.eu/Actualidad/Islam.pdf

    RépondreSupprimer