mardi 6 décembre 2011

Israël et l’Iran, c’est kif-kif, nous dit Hillary Clinton


« Israël, ça me fait penser à L’Iran », clame tout de go, la confondante de bêtise, Hillary Clinton. Le statut de la femme n’y est pas  meilleur. La preuve : les soldats se lèvent et quittent la salle de concerts lorsque des femmes chantent,  les hommes et femmes ne marchent pas sur le même trottoir et sont séparées dans les autobus. Donc, Israël c’est comme l’Iran, CQFD.
Allez après ça expliquer au monde qu’Israël a le droit moral d’attaquer l’Iran. Allons donc, un pays qui atteint à la démocratie et humilie ses femmes ne peut décemment s’en prendre à un autre pays qui se comporte de la même façon. Quelle meilleure façon de délégitimer  Netanyahou et ses sottes prétentions de ne pas attendre que l’Iran soit fin prêt à envoyer ses bombinettes sur l’Etat hébreu, pour prendre les devants.

Son pendant à la Défense, Léon Panetta,  s’oppose à toute manœuvre unilatérale d’Israël envers l’Iran. Raison invoquée en filagramme dans son exposé : si les Iraniens en représailles ferment le Détroit d’Ormuz, le prix du baril de pétrole risque de s’envoler à  250 Dollars le baril, « harmful economic consequences ». Ils ( les Israéliens) n’ont qu’à s’asseoir  à cette foutue, « damn » table et discuter avec les palestiniens. Ils doivent aussi se réconcilier avec les Turcs et coopérer avec les Autorités égyptiennes au lieu de s’en éloigner, "Cooperation with Egyptian authorities, not by stepping away from them"  

Que les conditions soient réunies pour qu’Israël se mette à courtiser soudainement Palestiniens, Turcs, Jordaniens et Egyptiens, Léon n’en a rien à cirer. Damn it !!
En clair, pour les deux principaux Secrétaires d’Etat du sieur Obama, rien n’a changé au Moyen-Orient ; les seuls fauteurs de trouble sont les Israéliens, qui, ne s’en rendent pas compte, et, qui plus est, bafouent la Démocratie, et humilient le sexe faible.

Croyez-vous un instant que ces deux attaques en règle aient été programmées le même jour au même endroit sans l’aval et les encouragements de l’homme qui n’aime rien tant que le chant du Muezzin en haut minaret ; lire Obama. . Personnellement j’en doute !

L’homme, grâce à qui, les Frères Musulmans et autres Salafistes allumés, arrivent aujourd’hui au pouvoir en Egypte, exulte - car l’appel du Muezzin à la prière se fera désormais entendre sans restriction - et envoie ses porte couteaux donner le coup de grâce à Israël par leur verbe incendiaire.

Libérez la femme israélienne, victime de la misogynie des mâles dominants et allez discuter le bout de gras avec ceux qui ne rêvent que de vous exterminer.

Il n’y a pas à tergiverser, les plus hauts responsables politiques américains connaissent bien la société israélienne. Au moins Panetta a l’honnêteté de dire qu’il préfère assister à la destruction d’Israël que de voir le prix du baril atteindre des sommets, mais la môme Hillary qui, à partir de deux épiphénomènes, tire des conclusions générales sur la société israélienne, il y a de quoi gerber.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire